Lancement technique des activités des guichets uniques provinciaux

DSC_0587Réduire au strict minimum les déplacements coûteux des citoyens

Le ministère de la Fonction publique, du travail et de l’emploi (MFPTE), en collaboration avec le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), a procédé, le jeudi 12 octobre 2017 dans la province de Ngozi, au lancement technique des activités des guichets uniques provinciaux (GUP). Selon le ministre en charge  de la fonction publique, Félix Mpozeriniga, l’objectif principal est de réduire au strict minimum les déplacements coûteux des citoyens.

Dans son discours, le ministre de la Fonction publique, du travail et de l’emploi, Félix Mpozeriniga, a indiqué que cinq guichets provinciaux pilotes ont été réhabilités dans les provinces de Ngozi, Muyinga, Gitega, Mwaro, Bururi avec comme objectif principal de faciliter la tâche aux citoyens qui doivent se rendre à Bujumbura à la recherche de certains documents administratifs. Il a souligné que la centralisation des services à Bujumbura constituait un lourd fardeau en termes des moyens de déplacement, des frais de séjour et une perturbation des activités au quotidien, ce qui ne permettait pas de réaliser un bon rendement au travail.

Le ministre Mpozeriniga a précisé qu’au niveau de ces GUP pilotes, les services qui vont débuter les travaux sont ceux chargés de délivrer le passeport, le laissez-passer, la carte CEPGL, le permis de conduire et l’extrait de casier judiciaire. Il s’est adressé aux gouverneurs, qui viennent de bénéficier de ce service qui allège la peine des populations de leur ressort, que la réussite de ces guichets uniques sous leur responsabilité, dépendra de leur engagement et fera la fierté des usagers et de toute la nation entière.

Le lancement des GUP rentre dans la politique nationale du gouvernement de décentralisation, d’approcher les services aux usagers. Il y a beaucoup de documents dont l’obtention exige des déplacements de la population vers la capitale.Il a enfin remercié le Pnud qui accompagne le Programme national de réforme de l’administration publique (PNRA) depuis son élaboration et sa mise en œuvre y compris la mise en place des guichets uniques provinciaux.

Améliorer le service aux citoyens à travers l’accès aux services administratifs essentiels

De son côté, la directrice pays du Pnud au Burundi, Nathalie Boucly, a souligné que le lancement des GUP est un événement majeur qui contribue directement à améliorer le service aux citoyennes et aux citoyens à travers la facilitation de l’accès aux services administratifs essentiels. Ainsi, a-t-elle ajouté, les citoyennes et citoyens  pourront faire la demande et recevoir dans leurs provinces les passeports, les laissez-passer, les permis de conduire, les extraits de casier judiciaire et les cartes CPGL. Livrés à Bujumbura, poursuit Mme Boucly, ces services occasionnent un coût exorbitant notamment pour les populations les plus démunies et des désagréments liés aux longs déplacements, sans compter le problème d’accès à l’information sur les procédures, les durées d’attente ainsi que les aller et retour une fois arrivés à Bujumbura, du fait que tout le pays était servi à un seul endroit.

Elle a fait remarquer que le choix du Pnud d’appuyer la réforme de l’administration publique répond à une réalité incontournable qui est que, dans n’importe quel pays, il faut une administration publique forte pour soutenir les efforts de développement et que rien de solide, rien de durable et rien de structurant ne peut être construit si cette condition n’est pas remplie.

Il y a un vaste programme de lutte contre les documents frauduleux

Le ministre de la Sécurité publique, Alain Guillaume Bunyoni, qui a rehaussé de sa présence les dites cérémonies, a fait remarquer que son ministère, en tant qu’uncomposante du gouvernement, a un grand rôle à jouer et surtout que les domaines concernés émanent de la sécurité publique et de la police nationale.

Il y a double satisfaction, a-t-il dit, au niveau de la police nationale. D’abord, les bénéficiaires verront, une diminution nette  en termes des dépenses financières et ne feront   plus de  longs trajets. Ensuite ,sur le plan sécuritaire , il y a un vaste programme de lutte contre les documents frauduleux, le faux et l’usage du faux. Il était un peu difficile au niveau de la police nationale de vérifier chaque fois l’identification du requérant où l’on devait recourir à d’autres moyens plus coûteux. Au niveau des services de l’Etat, il y aura un gain en termes d’investissement.

Kazadi Mwilambwe, http://www.ppbdi.com

Publicités

La hausse des prix à la Regideso se fait sentir dans les secteurs qui utilisent l’électricité en Mairie de Bujumbura

gigawatt_burundi_apoLa hausse des  prix de l’électricité de la REGIDESO commencent à se repercuter sur certaines marchandises nécessitant de l’électricité dans certains quartiers de la mairie de Bujumbura. Les propriétaires des moulins, salons de coiffures et autres indiquent qu’ils ont augmenté les prix de leurs produits pour pouvoir payer la REGIDESO. Ils demandent au gouvernement de revoir à la baisse les prix de l’électricité pour éviter qu’ils ne tombent en faillite.

Certains des témoignages receuillis aux marchés de Kinama, Kamenge et Ruvumera affirment que les commerçants propriétaires des moulins et des décortiqueuses ont revu à la hausse les prix de leurs services pour compenser les prix de la Regideso.  10 Kg de grains qui étaient moulus à 1000Fbu, le sont aujourd’hui à 1500fbu. Les mêmes commerçants font savoir qu’ils ont diminués les heures de travail pour diminuer la consommation en électricité. Ils précisent qu’ils travaillent de 8h à 17h30 au lieu de 7h à 19h qu’ils faisaient avant.

Les coiffeurs mentionnent quant à eux qu’ils ont presque doublé de tarif. Un enfant coiffé à 500Fbu se fait coiffer aujourd’hui à 800Fbu. Une personne adulte se fait coiffer quant à elle à 1500Fbu.

La hausse des prix de l’électricité a entrainé également la monté des prix du lait. Un litre de lait qui se vendait à 1500Fbu dans les zones de Ngagara et Kamenge se vend aujourd’hui à 1800Fbu.

Bien qu’ils soient satisfaits par la présence permanente de l’électricité, ces commerçants déplorent certains décalages dans la distribution du courant électrique et que même quand ils avertissent la Regideso, cette dernière tarde toujours à regler le problème

Ils demandent à la Regideso de régler les dites décalages et de revoir à la baisse les prix de l’électricité.

vendredi, 13 octobre 2017 08:58, http://www.rpa.bi/

La police note le départ de certains jeunes burundais vers « les réseaux des terroristes »

C1eyisdWQAAGLG4La Police Nationale du Burundi (PNB) dispose des informations faisant état d’un éventuel départ de certains jeunes burundais vers « les réseaux des terroristes », a déclaré le commissaire de police André Ndayambaje, inspecteur général de la PNB.

Le commissaire Ndayambaje s’exprimait lundi dans un point de presse tenu après avoir présenté les réalisations de l’opération régionale conjointe dénommée « USALAMA IV » (paix en français) regroupant les organisations sous-régionales d’Interpol en Afrique orientale et en Afrique australe en vue d’une synergie régionale dans la lutte contre les crimes transnationaux.

M. Ndayambaje a signalé que grâce à cette opération policière régionale conjointe réalisée dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des chefs de police des pays de ces régions africaines, à l’actif des réalisations burundaise se trouve notamment l’arrestation de quatre jeunes filles burundaises qui voulaient transiter par l’Ouganda pour rejoindre le sultan d’Oman, la saisie de 45 types de médicaments périmés dans les différentes pharmacies implantées au Burundi.

« Dans le cadre de la mise en œuvre de la recommandation des chefs de police des pays de l’Afrique orientale et de l’Afrique australe, relative à l’organisation des activités conjointes pour lutter contre les crimes transnationaux, les organisations sous-régionales d’Interpol de l’Afrique orientale et de l’Afrique australe, ont organisé pour la quatrième fois, une opération conjointe dénommée USALAMA du 4 au 5 octobre 2017 », a indiqué le commissaire Ndayambaje.

Cette opération, a-t-il précisé, a ciblé les crimes transfrontaliers suivants : le trafic des drogues, le trafic des êtres humains et la migration clandestine, la prolifération illicite des Armes Légères et de Petit Calibre (ALPC), les crimes contre l’environnement, le vol des véhicules, les marchandises contrefaites et illicites, le vol des câbles électriques et métaux non ferreux, le trafic des minerais, le terrorisme et les malfaiteurs en fuite.

Cette opération, a-t-il ajouté, a été organisée conjointement dans tous les pays de l’Afrique orientale et de l’Afrique australe.

French.china.org.cn |  le 17-10-2017

Au jour du 56ème anniversaire de l’assassinat du père de l’indépendance, l’Eglise catholique appelle les burundais à l’unité plutôt qu’à s’entretuer

DMAk8BtU8AIX_o856ème anniversaire de l’assassinat du Prince Louis Rwagasore, Héros de l’indépendance du Burundi ce 13 Octobre 2017. Les cérémonies commémoratives de cette pire tragédie ont eu lieu partout dans le pays.

Les Evêques de l’église Catholique ont saisi de cette occasion pour interpeller au peuple Burundais à cohabiter ensemble et paisiblement sans tenir compte de leurs différences.

Dans son homélie, Monseigneur Simon Ntamwana, Archevêque de l’archidiocèse de GITEGA a appelé les Burundais à ne plus s’entretuer. « Tuer ton frère ne vient pas trouver solution » a dit Monseigneur Simon Ntamwana. L’Archevêque de l’archidiocèse de Gitega d’ajouter que la personne qui tue son prochain, se crée des problèmes. Sa conscience l’accuse en permanence. L’exemple donné est celui de Caïn qui a été tourmenté par l’assassinat de son frère Abel. ‘’La Cour Pénale Internationale du fond de son cœur l’a vivement condamné’’, a insisté l’archevêque de GITEGA.

Après la messe, il y a eu une marche silencieuse jusqu’au monument du Prince Louis Rwagasore. Des gerbes de fleurs y ont été posées, suivi du discours prononcé par le Prince Louis Rwagasore, lors de la victoire de son parti UPRONA aux élections du 18 septembre 1961.

A Bujumbura, au cours des cérémonies similaires, Monseigneur Evariste Ngoyagoye a dans son homélie appelé la population burundaise à en finir avec leurs divisions. Il a donné l’exemple des chrétiens catholiques et chrétiens protestants en Allemagne qui ont longtemps été divisé mais qui viennent de décider d’en découdre avec leurs différends au cours de ce même mois d’Octobre.

Pour rappel, les cérémonies de ce 56ème anniversaire de l’assassinat du Prince Louis Rwagasore ont connu un faible taux de participation. A Gitega, la majorité qui a répondu présent à ces cérémonies étaient des élèves de l’école secondaire, et quelques chefs de service.

A Bujumbura les cérémonies ont été rehaussées par la présence du chef de l’Etat et quelques diplomates accrédités à Bujumbura.

http://www.rpa.bi