Une résolution africaine sur le Burundi sème la discorde à l’ONU

37317279802_97df578c20_zLe Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a décidé jeudi d’envoyer au Burundi trois experts, alors que les Occidentaux réclament le renouvellement du mandat de la Commission d’enquête de l’ONU, qui n’a pas été autorisée à se rendre sur place.

Une résolution en ce sens a été adoptée par 23 voix pour, 14 contre et 9 abstentions.

Les experts auront « pour mandat de travailler en coopération avec le gouvernement en vue de collecter les informations, déterminer les faits et circonstances » des violations des droits de l’Homme « en vue de les transmettre aux autorités judiciaires du Burundi qui auront la charge d’établir la vérité », a expliqué le représentant de la Tunisie, Walid Doudech, au nom du groupe africain.

L' »envoi d’une équipe qui serait dépendante du bon vouloir des autorités ne permet pas de penser qu’elle serait en mesure d’apporter une plus-value à la lutte contre l’impunité dans ce pays », a jugé l’ambassadeur de Lettonie, Janis Karklins, au nom de l’UE.

« Les garanties d’indépendance et d’impartialité ne sont pas réunies », a-t-il affirmé.

L’ambassadeur du Burundi, Renovat Tabu, a en revanche assuré que la situation dans son pays « est normale sur tout le territoire national » et que le gouvernement a réalisé des « progrès remarquables dans la consolidation de l’Etat de droit et dans la lutte contre l’impunité ».

« Nous sommes profondément déçus que le Conseil ait adopté une résolution faible qui ne reflète pas la gravité de la situation », a déclaré le représentant de l’ONG Human Rights Watch à Genève, John Fisher.

Il a toutefois souligné que les trois experts de l’ONU pourraient collaborer avec la Commission d’enquête si son mandat est renouvelé vendredi.

Les 47 Etats membres du Conseil débattront en effet à nouveau vendredi du Burundi, les Européens n’ayant pas retiré leur résolution, qui demande le renouvellement de la Commission d’enquête de l’ONU pour une durée d’un an.

Cette Commission, créée en septembre 2016 par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU et qui n’a pas été autorisée à se rendre sur place, a exhorté début septembre la Cour pénale internationale à enquêter de toute urgence sur des crimes contre l’humanité et autres atrocités commis par les autorités au Burundi.

Le Burundi ayant notifié sa décision de se retirer de la CPI le 27 octobre 2016 et ce retrait étant effectif un an après, la CPI a jusqu’au 27 octobre pour ouvrir une enquête de son propre chef. Passé cette date, seul le Conseil de sécurité de l’ONU pourra faire appel à l’institution internationale.

Avec AFP, 28 septembre 2017, https://www.voaafrique.com

Publicités

3 réflexions au sujet de « Une résolution africaine sur le Burundi sème la discorde à l’ONU »

  1. Bravo à l’Afrique! Nous devons organiser des manifestations monstres à travers tout le pays pour saluer cette résolution africaine qui consacre le principe fondamental que la protection des droits d’homme incombe au régime DD qui massacre, mutile, torture, castre, viole (les mamans devant leurs enfants, les filles devant leurs pères ou les cadavres de proches) embastille et exile. Si l’Afrique n’existait pas il faudrait l’inventer. L’homme fort du régime, Willy Nyamitwe, l’avait proclamé, le rapport d’enquête sur les crimes contre l’humanité n’aurait aucun effet. Extraordinaire DD !

    J'aime

    1. Tes commentaires montrent que tu es dans ce petit groupe de ceux qui sont jaloux du CNDD FDD, selon toi le H.
      Burundi est en feu hhhhhhhh, c’était ce que vous souhaitiez mais ça ne s’est pas réalisé et votre fameux génocide est resté lettre morte. Toi qui as la nostalgie des périodes hégémoniques de Micombero, Bagaza et Buyoya tu seras toujours déçu car ça ne va plus revenir: tutsi, twa et hutu burundais ont déjà compris que leur force vient de leur unité.

      J'aime

  2. N’ayant pas de connaissances solides en Droit international, il m’est difficile de comprendre comment en moins de 24 heures deux résolutions contradictoires peuvent être adoptées par un même organe! Il m’est difficile aussi de comprendre les pays africains qui, pour une période de moins de 24 heures peuvent virer jusqu’à soutenir une résolution contraire à celle qu’ils avaient proposée. Qui peut comprendre comment 6 pays africains, y compris le représentant de la Tunisie, promoteur de la résolution africaine n’ont pas eu l’amabilité de dire non à la résolution de l’union Européenne! Il me semble que le fonctionnement des mécanismes onusiens s’il n’est pas politisé il est miné par des fins autres que les faits présentés. Actuellement je me demande comment les deux commissions vont-elle travailler. Seront-elles complémentaires? A vrai dire ce qui arrive au niveau des organes onusiens sur le BURUNDI n’est que suis-generis. Wait and see the end.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s