Le maire de Bujumbura soucieux de la mise en pratique de la politique « pollueur-payeur »

arton5268Le maire de la ville de Bujumbura, M. Freddy Mbonimpa (photo), a tenu ce vendredi le 20 octobre 2017 à Bujumbura, une réunion à l’intention des administratifs à la base pour leur expliquer la nouvelle stratégie de collecte des ordures ménagers avec les 14 sociétés ou coopératives qui ont été agréées par la mairie de Bujumbura. Il a, à cette occasion fait savoir que compte tenu des correspondances émanant du président de la République et celle du 22 septembre du ministère de l’Intérieur et de la Formation patriotique, en se basant également sur les conseils de l’ombudsman, la mairie a privilégié l’ouverture à d’autres sociétés pour qu’elles puissent avoir une marge de collecte des immondices, auparavant effectuée par les Services techniques municipaux (SETEMU). Selon M. Mbonimpa, la politique « pollueur-payeur-qui pollue plus paie plus » ne peut pas réussir sans que l’administration ne s’y implique.

La réunion était aussi une occasion de présenter les sociétés agréées à l’administration à la base, a ajouté le maire de la ville. C’était également une occasion de discuter, d’échanger et de leur demander de s’impliquer vivement pour que la salubrité connaisse un essor important plus qu’avant. Lors de cette réunion, M. Mbonimpa a demandé aux représentants de ces coopératives d’aller contacter les SETEMU afin qu’ils puissent signer des contrats de partenariat, car les dépotoirs officiels de ces immondices se trouvent à Mubone et que ce sont les SETEMU qui doivent s’en occuper. Les sociétés qui, avant s’occupaient de ces immondices avaient une dette de plus de 80 millions, ce qui est un manque à gagner important pour les SETEMU.

M. Mbonimpa a signifié que les SETEMU ne figurent pas sur la liste des coopératives agréées par la mairie car son agrément date de 1983, quand la ville de Bujumbura était encore petite. A cette époque, il n’y avait pas beaucoup de maisons, de gens et d’infrastructures routières, d’où ils pouvaient faire ce travail sans problème. Avec l’accroissement de la ville, a-t-il poursuivi, les SETEMU n’ont pas pu suivre le rythme d’accroissement des déchets. Il a en outre précisé que les SETEMU vont aider dans le débouchage des tuyaux et l’aménagement des espaces publics.

Le maire de la ville a interpellé les chefs de quartiers, en vue de suivre rigoureusement la mise en application de la politique « pollueur-payeur ». En fait chaque ménage doit posséder un contrat signé avec une société qui lui est destinée et cela va fortement contribuer dans la protection de l’environnement et surtout le lac Tanganyika.

BUJUMBURA, 20 oct (ABP)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s