Enquêtes: Qui sont ces « taupes » à la solde des occidentaux ? (première partie)

jeFbFdwcQui sont ces «taupes» à la solde des occidentaux ?

Depuis plus de deux ans les services de renseignements burundais traquent les « ennemis » de la nation. Pour ces services de sécurité, le Burundi est en guerre. Mais traquent-ils les vrais « taupes » de l’occident ?

L’intelligence avec l’ennemie est un crime très grave pour la sécurité intérieur d’un pays !

L’enquête de notre correspondant à Bujumbura a été motivée lors de la visite de l’envoyé spécial des Nations Unies KAFONDO Michel à Bujumbura. Sur les images de la RTNB, les téléspectateurs ont découvert un certain BOUBAKAR Kane aux cotés de l’envoyé spécial. BOUBAKAR Kane, de nationalité mauritanienne, est un ancien de l’ONUB. Aujourd’hui, il est retraité. Mais que fait-il à Bujumbura ?

Nous avons suivi sa piste et nous sommes tombés sur un autre retraité des Nations Unies, MBAYE Fale. MBAYE Fale est un officier militaire sénégalais et également ancien de l’ONUB. Ces deux sont en étroites collaboration avec un certain NTAMBU Thomas de nationalités congolaise (RDC).

C’est dans le cadre d’une ONG internationale qu’ils opèrent. Une ONG proche de l’ancien président burundais, le major BUYOYA Pierre. Le point focal de cette ONG, et surement le vrai patron à Bujumbura, est le colonel NIJIMBERE Léonidas.

Le congolais NTAMBU Thomas est le président au niveau international de cette ONG dénommée « Initiative et Changement ». Son antenne au Burundi est dirigée par le colonel NIJIMBERE Léonidas.

Depuis le déclenchement de la crise, les membres de cette ONG font des rencontres secrètes avec les opposants civiles et militaires. Leurs objectifs est de créer une belligérance au Burundi. La première personne qu’ils ont contactée fut le général NZABAMPEMA du FNL. L’ONG a tous mis en œuvre pour qu’il attaque le Burundi sans succès.

L’ONG fait alors depuis deux ans des vas et vient entre le Burundi, le Rwanda et la RDC pour identifier et recruter des combattants qui peuvent attaquer le Burundi.

Concomitamment à ces recrutements, les membres de cette ONG préparent des rapports sur le Burundi et les transmettent aux organes des Nations Unies avec la complicité des fonctionnaires burundais placés par le major BUYOYA avant de quitter le pouvoir en 2003.

Les plus zélés dans cette entreprise contre le gouvernement burundais et le peuple burundais sont les deux retraités ci-haut cités à savoir MBAYE Fale et BOUBAKAR Kane sous la supervision du congolais NTAMBU Thomas.

Ce qui est aussi étonnant c’est de voir qu’à chaque session des négociations à Arusha, le congolais NTAMBU Thomas est toujours présent. Personne ne sait qui il représente et comment il obtient son badge d’accréditation. Pendant ses déplacements à Arusha, sa mission est de créer la belligérance entre burundais afin que le Burundi entre dans la guerre.

Les deux « consultants » onusiens à la retraite qui accompagnent le congolais rencontrent à Arusha les opposants en particuliers. Plusieurs opposants politiques qui avaient la volonté de rentrer au pays ont confirmé que le trio les en dissuade et quand il hésite ils vont jusqu’à utiliser les billets verts. Le plus surprenant aussi c’est que le trio, qui en réalité opère séparément, loge toujours dans le même hôtel que l’ancien président BUYOYA. Que ce soit à Arusha ou ailleurs. Tout pousse à confirmer que non seulement ces trois individus travaillent pour les organisations occidentales en mal avec le Burundi mais aussi sont en étroite collaboration avec les opposants radicaux en exil et bien entendu avec le major BUYOYA Pierre.

Aux côtés de cette ONG, on découvre une autre ONG Suisse cette fois ci. Cette dernière a infiltré la CVR (Commission Vérité Réconciliation) en finançant ses activités. Cette ONG Suisse est dirigé par un autre proche du major BUYOYA, NKURIKIYE Freddy. Ce dernier est chargé de bloquer tout dossier qui incriminera le major BUYOYA. Et Dieu seul sait combien il est impliqué dans les crimes qu’a connus le Burundi depuis 1988 à nos jours. Nous reviendrons sur cette ONG Suisse plus tard.

Il sied ici alors de se poser des questions. Comment le gouvernement burundais laisse des individus pareils travailler tranquillement sur son sol ? Quelle est la vrai mission de ces retraités onusiens à Bujumbura. Et ce NTAMBU Thomas qui se déplace aussi librement dans la région des grands lacs … ?

Il y a trop de questions sans réponses … pour l’instant.

par SHAKISHA Théopiste

Publicités

10 réflexions au sujet de « Enquêtes: Qui sont ces « taupes » à la solde des occidentaux ? (première partie) »

  1. Si ce que dit Mr Shakisha est vrai, j’inviterais Mr Nkurunziza à faire attention et à isoler la pomme pourrie avant qu’elle entraîne les autres à pourrir. Il ne faut pas négliger ce genre de rapports, il faut les vérifier et contre-vérifier afin de connaître la vérité. Au Rwanda on a averti un certain président Habyarimana sur les agissement d’un certain Général Dallaire qui dirigeait les forces onusiennes mais il a négligé ce genre d’info et ça lui a coûté la vie ainsi qu’à des millions des rwandais. On a averti Mr Kabila le père que certaines personnes projettaient de l’assassiner mais il a était naïf et a continué à les utiliser comme gardes du corps et conseilers, et quand il a voulu se réveiller c’était trop tard. Jamais jamais il ne faut pas négliger une info même si elle est minime elle peut avoir des conséquences incalculables dans le futur. Mais ça n’empêche pas qu’il faut vérifier et revérifier ce genre d’info avant toute décision active ou passive.

    J'aime

  2. #Muragaba,muragaba,msg nkiyo siyo gufata minenerwe,mugabo li faut bien exploiter ce msg avec beaucoup de prudence,kuko soit le resultat deviendra bon ou mal,bivanye nuko abo yerekeye bayifashe ariko nomunzego zumutekano baravuga bati ne jamais sousestimer l’ennemi,Car le meilleur savoir faire ne pas de gagner 100 victoires dans 100 batailles,plutot de gagner l’ennemi sans combattre,#nibabikoruko abovyerekeye bazoba banesheje,umwansi infiltre azoba anashejwe.

    J'aime

  3. 90% de L opposition radicale burundaise vit a l etranger.Facile pour eux de rencontrer ces mercenaires ci haut cités.Ce qui est important  » la securité interieure(leurs informateurs au Burndi!), et savoir que la confiance n exclut pas le control »

    J'aime

  4. A ouii coe les autres l’ont dit, il faut verifier cette information et son aboutissememt parce qu’en temps de crise tout est possible il n’y a rien à ecarter. Mais une question qd même « …avec la complicité des fonctionnaires burundais placés par le major BUYOYA avant de quitter le pouvoir en 2003… » ces fonctionnaires ont-ils tjrs la même influence qu’ils avaient avant? Est-ce que parmis les hauts cadres DD bien précis pr avoir des rapports depuis le chef de colline y’aurait-il pas des taupes? Puisqu’on a djà vu cela…bref sans precision il n’y a pas de piste à écarter….

    J'aime

  5. … ce dont je suis sûr est que le Colonel Nijimbere Léonidas, lors de ses réunions secrètes, à Montréal au Canada, s’été vivement montré inquiété de voir à ce temps, Bikomagu Jean et Buyoya Piere laisser un Hutu appelé Ndadaye Melchior prendre les commandes de leur pays le Burundi. Je me rappelle qu’il a abandonné sa famille et ses études qu’il suivaient à l’Université de Montréal pour aller diriger un groupe d’officier qui à opéré la première tentative d’assassinat de ce Président qu’il qualifiait de « Va nu pieds ».

    J'aime

    1. Ko Musuha n’amaki? Nuko mwanka ubakura igufa mu kanwa, nayo abene gihugu mwarahevye, agatsiko kabantu bari kurushi barira amatama yose ariko ntatiro bafise kumaso nta nisoni bafise. Iyobaba baharanira ukuri nu rukundo bafitiye abarundi ntibogize ngo : Muragaba!! Muragaba, mwikanga iki? Kora neza mugumye umutima

      J'aime

  6. @Kubera kubana nkera raconte un mensonge sur Colonel Nijimbere Leonidas dans son commentaire. Nijimbere Leonidas a quitté.le Burundi en septembre 1991 pour aller faire ses études a l’école polytechnique de Montréal. Il n’a jamais tenu des réunions secretes ni traité le Président Ndadaye de va nu pieds. Il est rentré au Burundi en juin 1996 apres ses études. La premiere tentative d’assassinat de Ndadaye a eu lieu le 10 juin 1993, je n’étais pas au Burundi. Je n’ai donc pas abandonné ma famille et mes études pour aller diriger le groupe de la tentatives. A quoi sert ton mensonge Monsieur Nkera!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s